Un peu d’histoire

Parce que le patrimoine médardais est particulièrement riche, la municipalité publie, dans chaque Bulletin communal, un article mettant en avant l’histoire de Saint-Médard-sur-Ille. Ce n’est pas pas évident de feuilleter tous les Bulletins en quête de ces articles… Pour vous simplifier la vie, nous les publierons tous sur cette page. Bonne lecture et n’hésitez pas à nous faire des suggestions !

Un peu d’histoire…

Saint Médard possède un patrimoine historique conséquent comme en témoigne la page consacrée à Saint Médard sur Ille sur le site de l’Inventaire général du patrimoine culturel d’Ille et Vilaine.

  •  Le château du Bois Geffroy

  • La chapelle Sainte Anne

où se déroule chaque année le pardon des Bateliers

  • Les croix en granit

Les croix montoises, les fours à pain ou les vieux puits contribuent au riche patrimoine local

  • Le canal d’Ille et Rance

avec ses écluses et ses maisons éclusières, son lavoir, ses viaducs sous rail, véritables ouvrages d’art

JPEG - 234.8 ko
  • Rénovation du fournil et de son four

JPEG - 984.6 ko

  • Le fournil avant les travaux (2008)

Le Val d’Ille a engagé dès 2013 une étude pour la préservation et la rénovation du fournil situé sur la parking du restaurant à Saint-Médard sur Ille. Ce bâtiment patrimonial en terre du 19ème siècle réalisée selon la technique locale de la bauge a été acquis en 2006 par le Val d’Ille en même temps que le restaurant. Le diagnostic réalisé par l’association Tiez Breizh a permis de constater l’état avancé de dégradation importante du bâtiment et de son four. Le four était effondré, sa voûte en terre démolie, et sa couverture en ardoise était quasiment inexistante. Un sauvetage rapide de l’édifice était urgent :« la construction en terre crue nécessite de bonnes bottes et d’un bon chapeau ».

Fort de ces conclusions, le Val d’Ille a procédé à une réfection de la couverture du fournil afin de préserver ses murs et éviter une dégradation plus importante.

Fin 2014, plusieurs médardais soucieux de la préservation du patrimoine ont décidé de créer une association l’ecot’pain du fourn’ille dont le but est de de contribuer à la restauration et l’entretien du four et du fournil communautaires, dans le respect du bâti ancien, d’en encadrer l’usage lors de manifestations dont elle aura l’initiative ou auxquelles elle contribuera et de valoriser, promouvoir et dynamiser le territoire de la communauté de communes et des abords du canal via l’usage du four, par le biais d’actions pédagogiques ou de transmission des savoirs.

JPEG - 466.1 ko

  • Les premiers travaux par les bénévoles (2014)

En 2014 et 2015, les bénévoles de l’association ont réalisé un nettoyage du fournil et ont dégagé le four effondré afin de préparer sa reconstruction. Dans le même temps le Val d’Ille a entamé les démarches pour retenir des partenaires spécialisés en rénovation de bâtiment en terre.

  • Les travaux de rénovation débutent en février 2016

La phase de reconstruction démarre dès le 18 février par l’intervention du centre de formation ECLIS (Eco Construction Locales et Initiatives Solidaires) dans le cadre d’un chantier école pour un groupe de 11 stagiaires Ouvriers Professionnels en Restauration de Patrimoine. Ce stage de 12 jours se déroule jusqu’au 4 mars et permet aux stagiaires de travailler sur les ouvertures, les enduits extérieurs et la reconstruction du four.

Après l’intervention d’ECLIS, une nouvelle phase de travaux est programmée avec l’entreprise Terre Crue de Saint-Germain sur Ille qui réalise le rejointoiement des briques de cheminée, le remplacement du balancier en chêne, la réalisation du sol en tomettes, et l’accompagnement des bénévoles de l’association pour les enduits intérieurs.

  • L’église

Extrait de l’étude :

Saint Médard, évêque de Noyon, est le patron de cette église. D’après la tradition, l’ancienne église était située hors du bourg, au Sud, au lieu-dit Le Champ de l’Église.

L’église actuelle a été en grande partie reconstruite en 1752 avec des remplois probables de l’ancienne église. Elle se compose en croix latine avec un chevet arrondi et des ouvertures en plein cintre.

Au Sud, on trouve accolé à la façade un chapitre (ou porche) qui fut fermé en 1955-1956 pour devenir une chapelle baptismale. Le transept du Nord était considéré comme chapelle prohibitive appartenant au seigneur du Bois-Geffroy. Ce dernier y avait son enfeu. Dans cette chapelle fut inhumée en 1764 Marie-Gaëtane de Mornay, dame du Bois-Geffroy, et veuve d’Anne-Bretagne comte de Lannion.

Le maître-autel contient un retable dédié à la Résurrection et daté du XVII-XVIIIème siècle, deux reliquaires en bois sculpté et doré du XVIIème siècle (provenant du couvent de la Visitation, situé à Rennes) et deux crédences Louis XV. Le retable de la crucifixion date du XVIIème siècle.

Le cadran solaire en bronze datant de 1636 a été placé sur le pignon Sud de l’église.

En septembre 2016, la municipalité a engagé la réalisation d’un diagnostic de l’église, bâtiment emblématique de la commune, afin d’en déterminer l’état grâce à une étude sanitaire préalable, confiée au cabinet d’architecture KLG Architecte.

Ce diagnostic intervient à la suite de plusieurs constats de dégradations, qui peuvent compromettre le bon usage et la sécurité de l’édifice.

Suite au relevé du bâti et à la réalisation de ses plans, l’architecte a pu établir une étude décrivant les pathologies visibles et existantes sur le site. Le présent diagnostic permet de faire état des structures existantes et de l’état sanitaire de l’édifice, ainsi que sa conformité aux normes PMR et incendie.

Le diagnostic complet est consultable ici :

http://saintmedg.cluster003.ovh.net/IMG/pdf/diag_saint_medard-simple.pdf

PDF - 20.2 Mo